• Alassane et Claire

    Démarrage du festival le 6 août avec le stage "l'art de conter". Ce fut au Centre Socio-culturel Hakuna Matata – Adidogomé. Son directeur, Michel Hoffer accorde, depuis le début, un appui franc, direct et une fois encore indéfectible à la manifestation. Autour des deux encadreurs-animateurs Alassane Sidibé et Claire Granjon, 18 participants, touchants par leur enthousiasme et leur extrême motivation. Quatre heures par jour pendant  4 jours, du lundi au jeudi, ils ont pu préparer une prestation d'une heure pour la clôture du festival. Parmi eux, certains n'avaient jamais conté auparavant !

    groupe conteurs

    La soirée inaugurale proprement dite du Festival a lieu le lendemain 7 août, en présence de nombreux invités dont Rogo Koffi Fiangor, directeur du festival.

     Rogol'après-midi, le collectif s’était mobilisé pour l’installation de l'exposition de marionnettes de Danaye Kanlanfeï, grand marionnettiste togolais, qui a créé un petit musée à domicile dédié à son art, visitable sur rendez-vous.

    Le public est là, nombreux, fidèle dans la petite cour aménagée par Danaye et Koko Confiteor Dossou. Danaye démarre cette soirée par une présentation des marionnettes et d’une version écourtée d'un de ses spectacles. Suivent les conteurs Joseph Kossi Bessan, Alex Monde et Roger Attikpo avec sa Kora et le slameur Ap'Nondas. Le musicien Behanzin, parfois accompagné de Joseph Bessan, joue des intermèdes qui font chanter le public et danser les marionnettes de Danaye.

    marionnettes
    Une soirée joyeuse, rieuse et chaleureuse qui donne le ton à la demi-douzaine de prestations collectives prévues sur toute la durée du Festival. 
    Le 8 août, Fati Fousseni et Seyram Agbalekpordudzi vont raconter à la
    bibliothèque STEJ à Agoé. Un nombreux public d’enfants habitués des contes et du lieu les y accueille.
    Pendant ce temps, Alassane Sidibé, Joseph Kossi Besan et Claire Granjon vont à la Brigade pour mineurs raconter à une quinzaine de jeunes incarcérés. L'accueil de la brigade est bienveillant, les jeunes détenus attentifs aux contes. Mais les conditions de racontée sont particulières et même éprouvantes car le lieu n’est pas doté d’une salle de spectacle spécifique. Donc, dans les conditions de privation de liberté, la racontée est fastidieuse et l’écoute partiale !


    DSCF0188

     

    chef tradi

     

     

    kpatsima

     

     

     

     

     

    Le même jour était prévue à 18h, une troisième racontée dans le jeune centre Odayé à Hedzranawoé. Un problème d'organisation empêchera de s’installer dans un confort relatif. Malgré tout une conterie sera improvisée pour les enfants présents qui sont friands de tous les rares événements qui leur sont gratuitement proposés. Dommage que ce rendez-vous n’ait pas connu le public qu’il fallait pour les conteurs Frederick Johnson, Fati Fousseni, Alex Monde, Rogo Fiangor et Alassane Sidibé.

    Le 9 août, suite du festival à la cour du roi Djrah à Togblé-Kopé. Sous l'arbre à palabres sont installés chaises et bancs, bientôt occupés par tous les enfants du quartier réunis dans une structure dénommée
    Cercle d’Aide aux Enfants de la Rue - CAER,dirigé par Arnold Komlavi Koledji. Arrivent les dignitaires et les adultes qui prennent place dans le cercle. Roger Atikpo, Joseph Kossi Bessan, Alassane Sidibé et le musicien comédien Eustache Kamouna avec sa guitare assurent sur deux bonnes heures un bel après-midi conté. Roger apprend aux enfants une chanson assez complexe qu'ils réussissent à chanter avec lui tandis que l’atelier théâtre du CAER présente au public un conte traditionnel togolais préparé avec les enfants. Le chef traditionnel représentant le roi est tellement content de cette manifestation et de toutes les prestations qu’il promet de tout mettre en œuvre pour des échanges à l’édition de 2013. Les habitants du quartier et ceux qui travaillent avec les chefferies et les vieillards viendraient échanger des histoires avec les conteurs lors une veillée encore plus festive.

    P1150696

    Arnold CAERune équipe de choc

     

     

     

     

     

    L’après-midi s’est fini en beauté à Togblé Kopé, banlieue de Lomé. Public, conteurs et musicien, sont repartis riches des bons moments passés ensemble et nourris par les rencontres et les promesses pour l’avenir.

    Puis les festivaliers sont retournés à Hakuna Matata où avait lieu à 18h 30 la clôture du festival. Les stagiaires assurent alors une première partie variée et vivante, fruit de leurs efforts en ateliers et hors ateliers sur ces quatre jours avec une prestation où ils étaient tous les 18 sur scène. Ensemble, ils étaient très impressionnants avec une maîtrise des jeux d’improvisation et de transition pour rendre fluide cette racontée à plusieurs voix.

    groupe atelier conteurs

    Ils ont vraiment assuré avec joie. Leur plaisir d’être là était contagieux. Laurence, une vacancière française conçoit, dans la foulée, sur un temps de travail très réduit, une prestation avec Narcisse, un des stagiaires. Le public apprécie ! Vicky Tsikplouno et ses marionnettistes entrent alors en scène pour rendre hommage à leur regrettée collègue Claudine Agbalo qui était de l’aventure en 2011.

    Suivent alors les conteurs professionnels avec en tête le doyen Kokou Beno Sanvee qui régale les spectateurs en racontant comment l'araignée,Yévi-Golotoé maître incontesté dans l’art des mauvais tours,le plus rusé des créanciers au monde s’arrangent toujours pour payer ses dettes sans jamais rien perdre au change ni rien dépenser. Puis suivent David Ganda, Roger Attikpo, accompagnés par le musicien Eustache Kamouna  à qui Danaye Kanlanfeï fait honneur en faisant danser les marionnettes.

    sanvee

    conteur1gbéhanzin

     

     

     

     

    Comme à l’accoutumée, la soirée est animée, rires et cris de joie fusent souvent. On fait le tour des émotions et tout retombe à un moment car toutes les bonnes choses de la vie ont toujours une fin !

    Une collation offerte par le festival, autour de laquelle les différents participants aux événements se sont retrouvés pour discuter a clôturé cette dernière journée du Festival à Lomé. Les marionnettes rangées à l’issue des quatre jours d’exposition peuvent enfin aller se reposer en attendant une prochaine sortie. Ce qui n’était pas encore le cas du Collectif des festivaliers.
    Vendredi 10 août, l’équipe se rend à Assahoun, à 52 kilomètres de la capitale pour une soirée bonus. Etaient du rendez-vous : Rogo Koffi Fiangor, Roger Attikpo, Joseph Kossi Bessan, Rachidatou Tahirou, Alassane Sidibé, David Ganda, Behanzin et Claire Granjon. La manifestation accueillie par le centre culturel Adokpo, un lieu magnifique, propice à toutes sortes d'événements culturels, tenu par le bouillant Alain-Valère Kouassi-Ahoudjo.Les enfants sont présents - comme partout durant tout le festival.

    adokpo assahoun

    116_2963

     

     

     

     

     

     

     

    Mais, fort malheureusement, les adolescents et les adultes manquent à l’appel. Ces derniers sont retenus au stade du village où se tient un match de foot. Quelques adultes nous rejoindront plus tard mais un peu trop tard, puisque le temps des prestations n’est pas élastique à l’infini. Les conteurs racontent, les musiciens font chanter le public. Chacun donne le meilleur de lui-même et c'est encore une jolie soirée. Elle met fin à cette 4ème édition du Festival de contes et de musiques « MI Sé GLI LOO » tenue du 6 au 10 août 2012.

    Ce fut outre les retrouvailles humaines, une édition de plus, les ateliers - 18 stagiaires sur 4 journées, une exposition d’une centaine de marionnettes de Danaye Kanlanfeï, des racontées, des chants et de la musique avec un public friand de ce rendez-vous. Six lieux différents (Centre socio-culturel Hakuna Matata à Lomé Adidogomé, Bibliothèque Stej à Agoé, La Brigade pour mineurs et le Centre Odayé à Lomé, La cour du roi Adjrah à Togblé Kopé et le Centre culturel Adokpo à Assahoun). Et aussi une grande rencontre de conteurs, de musiciens et d’artistes de la parole… animés par pour les mêmes causes ou par des passions croisées.

    Et, pour rester fidèle à toute la programmation, un rendez-vous supplémentaire a eu lieu le jeudi 23 août à la Bibliothèque diocésaine Saint Augustin de Lomé 

    Renc litt 3des contes et des lectures de textes autour du thème de l’esclavage en collaboration avec le collectif Escale des écritures. Une trentaine de personnes ont fait le déplacement et six lecteurs ont mis en bouche le texte Ayicha, la Reine blanche de Jean Kantchébé, conte théâtralisé adaptée de Tamango, nouvelle de Prosper Mérimée et « Kagni, l’esclave rebelle » Renc litt 6de Joël Ajavon. Renc litt 4

     

     

     

    La grande aventure littéraire des vacances 2012 entre Missé gli looRenc litt 5, Gabité et l’Escale des Ecritures s'achevait ainsi avec ses projections et ses réussites, ses joies et ses peines ! Au final, une envie : faire. Faire encore, faire plus et faire mieux. Donc rendez-vous à l'année prochaine...!!! ???

    Renc litt 1

    Renc litt 2Merci aux différents lieux : Hakuna Matata, Bibliothèque Stej, Brigade pour mineurs, Centre Odayé, Roi de Togblé Kopé, Centre Adokpo, Gabité, maison de l’oralité, Bibliothèque diocésaine Saint Augustin de Lomé.

    Merci singulier à Danaye Kanlanfeï et ses marionnettes,

    Merci fabuleux aux conteurs Roger Atikpo, Edem Modjro, Joseph Koffi Bessan, Alex Monde, Kokou Beno Sanvee, Fati Fousseni, Alex Monde, Frederick Johnson, Seyram Agbalekpordudzi, Adehounou Félicien, Ap’nondas, Seyram Agbalekpor Dodzi, Vicky Tsikplonou David Ganda,

    Merci joyeux aux musiciens Behanzin et Eustache Kamuna,

    Merci enthousiaste à Adjaklo Emmanuel, Adoté Paul A., Kantchebé Jean,Ajavon Joël, Ali-Tagba Totèrèho, Amekotou Polycarpe, Bekedou Panafeikou, Bessan Koffi, Ibrahim Mohammadou Abidon, Katakou Yaovi Séna, Mensah Julien, Tahirou Rachidatou, Tchabodi Tchagbèlè, Touglo Jean et plein d’autres amis présents…

    Merci aux soutiens Marcel Djondo, Michel Hoffer, Claire Granjon, Laurence Foucher, Coline Renard, Brigitte Ireton, Gaëtan Noussouglo, Olivia de la Panneterie, Sr Cécile Mawussi Fiangor, Emmanuel Gbadamassi, Fabrice Alawoe…

    Et encore un dernier grand merci particulier à Béno Sanvee et Roger Atikpo pour leur  participation bénévole,

    Merci reconnaissant à Claire Granjon et Rogo Fiangor, bénévoles et financeurs,

    Merci spécial enfin à Alassane et Claire qui ont porté à bout de bras, entre autres personnes, cette 4ème édition 2012.

     

    http://refletcaertogo.asso-web.com/

    http://www.adokpo.com/

    http://www.youtube.com/watch?v=GdEA5fpHO58  Eustache en prestation sur youtube


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique